Publié par : reopen911 | février 5, 2008

La fragile hégémonie du dollar : La bourse du pétrole de l’Iran pourrait renverser le dollar

La fragile hégémonie du dollar : La bourse du pétrole de l'Iran pourrait renverser le dollar

 

 

Research, par Mike Whitney, le 4 février 2008

​​​​Il y a deux semaines, George Bush était envoyé en mission au Moyen-Orient pour remettre une tête de cheval. Nous avons tous en mémoire la scène troublante du film de Francis Ford Coppola, « Le Parrain, » où Brassi Lucca va à Hollywood pour convaincre un producteur de film récalcitrant de prendre son neveu Don Corleone dans son prochain film. Le producteur riche à craquer est finalement persuadé d’embaucher le jeune acteur lorsqu’il se réveille dans son lit à côté de la tête coupée de son pur-sang tant estimé.J Je pense que Bush a fait une « offre que l’on ne peut refuser » du même genre aux différents dirigeants des pays du Golfe lorsqu’il s’est entretenu avec eux au début du mois.

​​​​Les médias ont tenté de décrire le voyage de Bush au Moyen-Orient comme une « mission de paix, » mais il ne s’agissait que d’un écran de fumée. En fait, trois jours après que Bush ait quitté Jérusalem, Israël renforçait ses opérations militaires dans les territoires occupés, et reprenait son impitoyable blocus de la nourriture, de l’eau, des médicaments et de l’énergie, contre le 1,5 million d’habitants de Gaza. En termes clairs, soit Bush a donné le feu vert aux opérations, soit les agressions israéliennes doivent être perçues comme une gifle au visage au Président des États-Unis.

​​​​Alors, quel était le but réel du voyage de Bush ? Après tout, il n’a aucun intérêt dans la paix ou dans le respect de son engagement à résoudre la crise israélo-palestinienne. Pourquoi aurait-il choisi de visiter le Moyen-Orient alors que son second mandat présidentiel tire à sa fin et qu’il n’y a aucune chance de succès ?

​​​​Parfois, les visites personnelles sont importantes, spécialement quand la nature de l’information est si sensible que le message doit être dit face à face. Dans ce cas-ci, Bush s’est donné la peine de faire un voyage équivalent à la moitié d’un tour du monde, pour dire aux Saoudiens et à leurs amis des États du Golfe qu’ils devaient continuer à lier leur pétrole au dollar sinon ils iraient « dormir avec les poissons. » Dans les deux derniers mois, plusieurs cheikhs et ministres des finances se sont lamentés et ont gémi à propos de la chute du dollar, menaçant de rompre avec le fameux « arrimage au dollar, » et de l’échanger contre un panier de devises. Le voyage de Bush semble avoir ravivé l’esprit de coopération fraternelle. La grogne a cessé et tout le monde est remonté « à bord. » Les dirigeants régionaux semblent aujourd’hui beaucoup moins gênés par le fait que l’inflation gruge leurs économies et ne cesse d’accroître les coûts de la main-d’œuvre, de la nourriture, de l’énergie et de l’immobilier. L’agence de presse Reuters a résumé ça ainsi :

​​​​Après une rafale de désaccords publics sur la réforme monétaire l’an dernier, les banques centrales du Golfe tentent de resserrer les rangs en vantant la fixité comme une source de stabilité et en minimisant la faiblesse du dollar comme un phénomène passager. [NDT : La fixité concerne sans doute l’arrimage des transactions pétrolières au dollar étasunien, ou bien les taux d’intérêts saoudiens, qui étaient jusqu’ici arrimés à ceux de la Réserve Fédérale.]

​​​​Cela ressemble aux propos adoucis de Bush.

​​​​Au cours des deux dernières semaines, les dirigeants du Golfe observaient nerveusement quand la Réserve Fédérale a drastiquement réduit les taux de 125 points de base [1,25%]. Les réductions [de taux] ne cessent d’éroder le capital d’un billion de dollars que les cheikhs ont investi en bonds du Trésor et autres obligations des États-Unis.

​​​​L’inflation en Arabie Saoudite et dans le Sultanat d’Oman est à son sommet le plus élevé depuis 16 ans, et l’inflation grimpe à un sommet atteint il y a 19 ans dans les Émirats Arabes Unis. Les décideurs politiques du Golfe sont prêts à intervenir directement dans le marché des prêts, des biens immobiliers et des produits pour compenser la réduction des taux. (Reuters)

​​​​La valeur des biens immobiliers est montée en flèche. Dans les Émirats Arabes Unis, la valeur des propriétés commerciales a doublé depuis début 2007. La bombe inflationniste a contraint d’autres pays du Golfe à donner des subventions alimentaires à leur population et une « hausse de 70% des salaires pour certains employés du gouvernement fédéral des Émirats Arabes Unis. »

​​​​Les travailleurs émigrés mécontents ont violemment manifesté récemment à Dubaï, exigeant d’être indemnisés équitablement pour la forte augmentation des prix. La valeur du riyal, la monnaie de l’Arabie Saoudite, a grimpé jusqu’à son sommet d’il y a 21 ans.

​​​​Les cambistes s’attendent à une autre hausse de 8% du dirham et du riyal d’ici avril prochain, et ils prédisent que les taux d’intérêt vont obliger les banques centrales des États du Golfe à se convertir soit à l’euro, soit à un panier de devises régionales. Toutefois, jusqu’à présent, les fidèles princes saoudiens n’ont pas cessé de soutenir le dollar.Défendre l’hégémonie du dollar

​​​​Quelle importance y a-t-il donc à continuer à libeller le pétrole en dollars ? Les États-Unis feraient-ils la guerre pour défendre le statut de « monnaie de réserve » mondiale du dollar ?

​​​​La réponse à cette question pourrait venir dès cette semaine, puisque la tant attendue Bourse du Pétrole Iranienne doit ouvrir entre le 1er et le 11 février. Selon Davoud Danesh-Jafari, le ministre des Finances l’Iran, « Tous les préparatifs ont été faits pour démarrer la bourse ; elle ouvrira au cours des 10 jours de la fête de l’Aube (les cérémonies marquant la victoire de la Révolution islamique de 1979 en Iran.) Cette bourse est considérée comme une menace directe à la domination mondiale du dollar, car elle exigera que le « pétrole, les produits pétrochimiques et le gaz iranien, » soient échangés contre des monnaies autres que le dollar US. (Press TV, Iran)

​​​​Le système du pétrodollar n’est pas différent du système de l’étalon-or. Aujourd’hui, cette devise est tout simplement garantie par une source d’énergie vitale, dont dépend chaque société industrialisée, le pétrole. Si le dollar n’était plus l’unique monnaie utilisée dans la vente de pétrole, il ne serait plus de facto la monnaie de réserve mondiale, et les États-Unis seraient contraint de réduire massivement leurs déficits commerciaux, de reconstruire leurs capacités industrielles, et de redevenir un pays exportateur. La seule alternative est de créer un réseau de régimes satellites qui répriment les aspirations collectives de leur peuple afin qu’ils puissent suivre scrupuleusement les directives de Washington.

​​​​Quant à savoir si l’administration Bush entamerait une guerre pour défendre l’hégémonie du dollar, c’est une question qui devrait être posée à Saddam Hussein. L’Irak fut envahi tout juste six mois après que Saddam se soit converti à l’euro. Le message est clair, l’Empire va défendre sa monnaie.

​​​​De même, en 2007 l’Iran a remplacé le dollar et a exigé que le Japon paie ses énormes factures d’énergie en yens. La « conversion » a irrité l’administration Bush et, depuis lors, l’Iran est la cible de l’agressivité des Etats-Unis. En fait, même si 16 agences de renseignement des États-Unis ont publié un rapport (NIE) disant que l’Iran ne développe pas d’armes nucléaires, et même si l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique constate que l’Iran respecte ses obligations envers le Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP), une attaque préventive des États-Unis contre l’Iran paraît toujours probable.

​​​​Et même si les médias occidentaux minimisent désormais les perspectives d’une nouvelle guerre dans la région, Israël est en train de prendre des précautions qui suggèrent que l’idée n’est pas tirée par les cheveux. « Israël demande que des chambres abri soient installées dans le but de préparer le public à une autre guerre qui, cette fois, verra pleuvoir des missiles. » (Press TV, Iran) [NDT : une pièce abri blindée devrait être installée dans chaque appartement en Israël.]

​​​​« La prochaine guerre connaîtra un recours massif aux armes balistiques contre l’ensemble du territoire israélien, » a affirmé Udi Shani, un général à la retraite.

​​​​La Russie, voyant aussi que les probabilités grandissent pour que des hostilités éclatent dans le Golfe, a répondu par l’envoi d’une force navale dans la mer Méditerranée et dans l’Atlantique Nord.

​​​​Selon un article paru en anglais sur le site Global Research :

​​​​Le fleuron de la flotte de Mer Noire de la Russie, le croiseur lance-missiles Moskva, a rejoint la marine de guerre russe en Méditerranée le 18 janvier pour participer aux manœuvres en cours… L’opération actuelle est la première opération à grande échelle de la Marine russe dans l’Atlantique depuis 15 ans. Tous les navires et les avions de combat transportent des munitions de combats.

​​​​La France planifie aussi des manœuvres militaires dans le détroit d’Ormuz. L’opération « Bouclier du Golfe 01, » aura lieu au large des côtes de l’Iran et engagera des milliers de personnes dans des combats interarmes qui simuleront des attaques de plates-formes pétrolières.

​​​​Selon le ministre de la Défense français, Les exercices, qui se dérouleront du 23 février au 5 mars, et qui nécessiteront la participation de 1 500 français, 2 500 citoyens des Émirats, et 1 300 Qataris, manœuvreront sur terre, sur mer et dans les airs. Le lieutenant-colonel Fusalba a annoncé… « Environ une demi-douzaine de navires de guerre, 40 avions et des dizaines de véhicules blindés prendront part aux exercices militaires. »

http://www.defensenews.com/story.php?F=3346953&C=mideast

​​​​En plus, dans la dernière semaine, trois des principaux câbles sous-marins qui assurent le trafic Internet ont été coupés dans le Golfe Persique, et les trois quarts des communications internationales entre l’Europe et le Moyen-Orient ont été interrompues. Une grande partie du Moyen-Orient a été plongée dans l’ignorance.

​​​​N’est-ce qu’une coïncidence ou quelque chose d’autre se déroule sous la surface ?

​​​​Ian Brockwell, de « American Chronicle » a dit :

​​​​Dans l’hypothèse où le sectionnement des câbles n’est pas le fruit du hasard, nous devons nous demander qui ferait une chose pareille et pourquoi. Évidemment l’Iran, qui a été le plus touché, n’aurait rien à gagner de ce genre d’action, et est peut-être la cible de ceux qui en sont responsables ? … S’agit-il du prélude à une attaque, ou peut-être un test pour une attaque future ?

​​​​Les communications ont toujours été un facteur important de l’actions militaires, et le sectionnement de ces câbles pourrait affecter la capacité de l’Iran à se défendre.

​​​​Malgré l’absence de couverture médiatique, les tensions montent dans le Golfe, et la probabilité d’une attaque étasunienne contre l’Iran est encore très élevée. Bush est convaincu du fait que, s’il n’affronte pas l’Iran, alors personne ne le fera. Il croit aussi que, s’il ne défend pas militairement le dollar, alors les jours de l’unique superpuissance mondiale que sont les États-Unis seront bientôt choses du passé. Alors, la vraie question est de savoir si Bush réalisera que les Etats-Unis sont déjà irrémédiablement embourbés dans deux conflits « ingagnables » ou s’il va y aller encore une fois avec ses tripes, et nous entraînent dans un ruineuse vaste conflagration dans la région.

Source : http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7998
Traduit au mieux par Dany Quirion et Pétrus Lombard pour Alter Info


 

Mardi 05 Février 2008
Mike Whitney



 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :