Publié par : reopen911 | février 17, 2008

La télévision d’État russe suggère que les États-Unis sont mêlés au trafic de drogue en Afghanistan



La télévision d'État russe suggère que les États-Unis sont mêlés au trafic de drogue en Afghanistan

 

Sott, le 15 février 2008

​​​​La télévision Channel One, contrôlées par l’Etat russe, a diffusé un reportage alléguant que les forces étasuniennes sont impliquées dans le trafic de la drogue afghane vers l’Europe. Elle a aussi souligné le problème de toxicomanie dans l’armée britannique.

​​​​Le 10 février, le résumé de l’actualité hebdomadaire de la chaîne « Voskresnoye Vremya, » faisait observer que, selon l’ONU, la quantité d’opium produite en Afghanistan a plus que doublée depuis l’entrée des troupes de la coalition dans le pays.

​​​​Le reportage a ensuite montré l’ancien Premier Ministre britannique, Tony Blair, en visite dans le pays à une date non spécifiée. Il disait avoir rencontré près de 800 troupiers britanniques durant sa visite. « C’est soit une coïncidence, soit l’œuvre d’une cruelle fatalité, mais c’est le nombre exact de soldats perdus chaque année par l’armée britannique à cause d’abus de drogues. C’est plus que le total des pertes de combat de l’armée royale en Irak et en Afghanistan, » notait le correspondant.

​​​​Le reportage a ensuite présenté un extrait d’un site de bulletins d’informations de la BBC, disant que l’armée britannique perd un bataillon entier de soldats par an à cause de l’abus de drogues (la recherche a révélé que l’histoire fut publiée le 14 décembre 2007).

​​​​Le reportage s’est ensuite penché sur le plus vaste problème de la façon d’inverser la tendance à l’accroissement de la production d’opium en Afghanistan.

​​​​Aleksandr Mikhaylov, chef du département de l’activité interdépartementale et informationnelle à l’Agence Russe de Contrôle des Drogues, fut montré disant que, les mesures économiques pour s’attaquer au problème sont torpillées par la corruption locale. Il a déclaré : « Les autorités locales dressent des listes gravement falsifiées, dans lesquelles une somme est inscrite pour la quantité détruite, alors qu’en fait la récolte n’a pas du tout été éliminée. Le vol de l’argent de la lutte contre les stupéfiants continue et est florissant. »

​​​​L’accusation selon laquelle les forces étasuniennes sont impliquées dans le trafic de drogues provient de Geydar Dzhemal, président du Comité Islamique de Russie, qui a déclaré : « Sans la maîtrise et la connivence des services spéciaux, ces choses ne sont pas possible. Par exemple, en Afghanistan la CIA et les services spéciaux sont vraiment effrontés. Sous la protection de l’armée étasunienne ils rencontrent les gens nécessaires. Ils rassemblent la came, vont à la base aérienne de Bagram, et déposent une grande livraison de narcotiques qui est ensuite enlevée. »

​​​​Le reportage continuait, disant que l’héroïne atteignait les Balkans via la Turquie, qui « est membre de l’OTAN depuis 1952 et le plus proche allié des États-Unis dans la région. » Il a aussi déclaré qu’il s’agit « encore d’une étonnante coïncidence » que le Kosovo abrite la plus grande base de l’OTAN en Europe. Le correspondant a ajouté qu’il y a un « poste secret d’Interpol » à côté de cette base, et a noté : « Là-bas, ils parlent presque ouvertement de l’héroïne afghane dans les avions étasuniens. »

​​​​Un homme, étiqueté comme Marko Nicovic, employé d’Interpol, a expliqué que 90 pour cent de l’héroïne passe par la mafia albanaise, qui est désormais plus puissante que la mafia sicilienne. Il a aussi allégué que les membres de cette mafia corrompent les parlementaires européens pour qu’ils soutiennent l’indépendance du Kosovo.

​​​​Le reportage se poursuit sur le haut niveau de relation entre la délinquance de la drogue en Russie et l’invasion étasunienne de l’Afghanistan. « Depuis que les Étasuniens ont déclenché la guerre contre les Talibans, les laboratoires des criminels russes travaillent sans interruption, » a observé le correspondant au cours d’une séquence de raid contre la drogue où des paquets de drogue étaient ouverts.

​​​​Aleksandr Mikhaylov, a été montré disant que la production de stupéfiants en Afghanistan est de plus en plus professionnelle, et que la drogue a une véritable mainmise sur l’économie afghane. Il a observé : « Aujourd’hui, en Afghanistan, la situation est que les narcotiques sont devenus la monnaie d’échange servant au troc. »

​​​​Le correspondant a conclu : « Aussi longtemps que l’héroïne restera la seule monnaie forte du pays, et tant que l’OTAN et sa coalition militaire ne résoudront pas leurs propres problèmes, la tendance agricole ne changera guère ici. »

Original : http://www.sott.net/articles/show/148967-Russian-state-TV-suggests-USA-involved-in-drug-trafficking-from-Afghanistan
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info


Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :