Publié par : reopen911 | juin 26, 2008

Japan Times : Un législateur expose au monde les doutes sur le 11/9

Par JOHN SPIRI, envoyé Spécial du The Japan Times
The Japan Times, Le 17 juin 2008
http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/fl20080617zg.html

Dans un article du journal The Guardian datant de septembre 2003, Michael Meacher, ministre de l’Environnement sous Tony Blair de mai 1997 à juin 2003, a choqué l’establishment en qualifiant la guerre contre le terrorisme de « bidon ». Allant encore plus loin dans la controverse, il a insinué que le gouvernement américain avait laissé le 11 Septembre se produire, voire avait joué un rôle dans la destruction provoquée ce jour- là. Outre Meacher, quelques politiciens ont publiquement remis en question le récit officiel américain sur le 11/9 –jusqu’au membre de la Diet Yukihisa Fujita.

En janvier 2008, Fujita, membre du Parti Démocrate japonais, a demandé au Parlement japonais et au Premier Ministre Yasuo Fukuda d’ expliquer les trous béants dans l’histoire officielle du 11/9 que plusieurs groupes –parmi lesquels le « 911 Truth Movement » (le mouvement pour la vérité sur le 11/9)- déclarent avoir découverts.

Fujita

Fujita, accompagné d’un nombre croissant de personnes- au nombre desquelles des politiciens européens et américains- mène une action visant à ouvrir une enquête indépendante et approfondie sur ce qui s’est passé le 11 septembre 2001.

« Il y a 3 ou 4 ans, j’ai vu quelques vidéos sur Internet comme Loose Change et 911 In Plane Site et j’ai commencé à poser des questions » a déclaré Fujita dans une interview, « mais je ne pouvais toujours pas croire que cela avait été fait par quelqu’un d’autre qu’Al-Qaida ».

« L’année dernière, j’ai regardé d’autres vidéos et lu des ouvrages écrits par le professeur David Ray Griffin (un professeur émérite de philosophie des religions et de théologie à l’Université de Claremont qui a écrit le plus connu des ouvrage du mouvement pour la Vérité, Le nouveau Pearl Harbor) à propos de choses comme l’effondrement du World Trade Center n°7. Ce bâtiment, qui n’a jamais été percuté par un avion, s’est effondré tout droit. Entre les vidéos montrant la manière dont il est tombé, et les nombreux rapports faisant état d’explosions, beaucoup sont convaincus que le bâtiment a été démoli. »

La présentation de Fujita devant la Diet et Fukuda s’est focalisée sur un autre aspect du 11/9 que quelques-uns, de par le monde, trouvent maintenant extrêmement suspect : le crash sur le Pentagone.

« Je ne pense pas qu’un 767 ait pu frapper le Pentagone » estime Fujita. « Il n’y a aucune preuve de l’avion lui-même. Quasiment aucun élément identifiable n’a été retrouvé sur la pelouse ou à l’intérieur. L’histoire officielle dit que l’avion s’est entièrement désintégré, mais les moteurs, en particulier, étaient très solides (deux moteurs à turbines en acier et titane de 6 tonnes). Et les dégâts infligés au bâtiment sont bien plus petits que la taille du supposé avion. Les déclarations officielles ne collent pas avec les faits »

Alors que certains considèrent cette déclaration comme “insensée” et que d’autres cataloguent les détracteurs de l’histoire officielle du 11/9 comme « des théoriciens de la conspiration« , Fujita a des soutiens impressionnants. L’un d’eux, l’ancien Général de division Albert Stubblebine, qui était le général en chef de la Sécurité et des services de renseignement de l’armée américaine jusqu’en 1984, est cité dans le site web Patriots Question 911 pour la déclaration suivante : « Je regarde le trou dans le Pentagone et je regarde la taille de l’avion qui est censé avoir frappé le Pentagone. Et je dis : ‘ L’avion ne cadre pas avec ce trou’.»

« Donc, qu’est-ce qui a frappé le Pentagone? Qu’est-ce qui l’a frappé? Où est-ce que c’est ? Que se passe-t-il? »

Fujita demande avec insistance à l’administration Bush de mettre fin à la polémique, en montrant tout simplement les vidéos de l’avion frappant le Pentagone. Au lieu de cela, juste quelques images de mauvaise qualité ont été révélées au public. Plus déconcertant, de nombreuses vidéos prises par les entreprises environnantes ont été confisquées par le FBI immédiatement après l’explosion du Pentagone.

Le crash de Pennsylvanie, comme l’explosion du Pentagone, n’a pratiquement produit aucun élément reconnaissable de l’avion sur le site du crash. A la place, des débris de petite taille ont été retrouvés jusqu’à 10km de là. L’histoire officielle — à savoir que l’avion s’est ‘vaporisé lorsqu’il a frappé le sol — ne colle pas avec les preuves laissées par tous les autres crashs d’avion dans l’histoire de l’aviation.

Les crashs d’avion, a expliqué Fujita, laissent toujours des fragments d’avion qui peuvent être identifiés par le numéro de série de l’avion, mais ce n’est pas le cas pour les avions qui se sont écrasés le 11/9. Etrangement, le gouvernement américain est parvenu à trouver des passeports et des échantillons ADN des individus tués, mais aucune partie identifiable de l’avion. Dans un article sur Internet intitulé Physics 911, le Colonel George Nelson, un vétéran avec 34 ans de service dans l’US Air Force, constate Il semble … que toutes les preuves potentielles aient été délibérément dissimulées au public.»

Fujita s’est largement basé sur la masse de vidéos et de textes publiés dans des livres ou sur Internet, dont le site Patriots Question 911, dans lequel des centaines d’objections sont portées à l’encontre de l’histoire officielle par des officiels de haut rang de l’armée, des services de renseignement, et du gouvernement, ainsi que des pilotes, des ingénieurs, des architectes, des pompiers et d’autres encore.

Même si peu de Japonais se sont intéressés à cette affaire, quelques personnalités, en plus de Fujita, ont contesté la version du gouvernement américain, comme Akira Dojimaru, un écrivain japonais qui habite en Espagne. Dans son livre écrit en japonais L‘Anatomie des Effondrements du WTC : Incohérences dans le Compte Rendu du gouvernement américain, il se sert de photos, de dessins et de plans des bâtiments du WTC pour soutenir sa thèse: la manière dont les tours 1 et 2 se sont effondrées ne pouvait pas être expliquée par l’impact des avions et les incendies qui ont suivi. « Et même si c’était concevable qu’elles se soient effondrées à cause des dommages subis ce jour-là » écrivit Dojimaru dans un courriel, « elles ne se seraient jamais écroulées horizontalement et elles auraient projeté des poutres en acier et du béton broyé bien plus loin que 100 mètres. »

Pour Fujita, ce sont les recherches méticuleuses de Dojimaru conjuguées aux sites susmentionnés qui l’ont convaincu que la version officielle n’était rien d’autre qu’un château de cartes.

Un livre que Fujita ne trouva point convaincant fut le Rapport Officiel de la Commission du 11/9.

Le chef de la commission du 11/9 est un proche collaborateur de Condoleezza Rice (Secrétaire d’Etat des Etats-Unis) et de Dick Cheney (Vice président) . Un membre de la Commission (le Sénateur Max Cleland) a démissionné en disant que la Maison Blanche n’avait pas donné accès à suffisamment d’informations. »

Dans l’émission radiophonique Democracy Now du mois de mars, Cleland est même allé jusqu’à dire que, « Cette administration (Maison Blanche) veut dissimuler (les faits en rapport avec le 11/9). »

Plus récemment, un article du mois de janvier dans le New York Times a cité Thomas Kean, président de la Commission du 11/9, qui affirmait que; « La CIA a détruit les enregistrements vidéo des interrogatoires des agents d’al Qaïda, » et qui a conclu que cela avait «entravé notre enquête. »

A l’image de Fujita, Karen Johnson, une sénatrice républicaine conservatrice de l’état d’Arizona, a exprimé publiquement ses propres doutes à propos du 11/9 devant le sénat américain. Comme Fujita, Johnson, inspirée par Blair Gadsby -qui a démarré le 27 mai une grève de la faim pour attirer l’attention sur le mouvement pour la Vérité sur le 11/9- exhorte les hommes politiques à mener une enquête exhaustive et indépendante.

Fujita, qui avait travaillé pendant plus de 20 ans pour le MRA (ONG pour la résolution des conflits internationaux) ainsi que pour l’AAR, l’association japonaise d’aide et de secours humanitaire, est devenu une sorte de célébrité des causes mondiales depuis ses extraordinaires questionnements devant la Diet. En février 2008, il a participé à une conférence au Parlement Européen dirigée par l’eurodéputé Guilietto Chiesa qui exigeait la création d’une commission d’enquête indépendante sur le 11/9. Lors de son séjour en Europe, il a rencontré les représentants d’ ONG de 11 pays européens pour parler du 11/9.

Un mois plus tard, Fujita a tenu un discours lors d’une conférence de l’association « Truth Now » (la Vérité Maintenant) à Sydney, en Australie. L’un des sujets clés de ces deux conférences fut le documentaire italien ZERO, dont la sortie marquera la première échappée du message du mouvement du 11/9 hors du monde cybernétique pour passer dans des lieux publics. Fujita a déjà exprimé ses doutes sur le 11/9 à l’occasion de deux émissions radiophoniques, animées l’une par le candidat républicain à la présidentielle Ron Paul et l’autre par Alex Jones d’infowars.com.

Il fait aussi des vagues au Japon. Fujita a été le sujet d’un article du 2 mars titré « Comment gérer ses doutes concernant le 11/9 » écrit par le critique renommé Takao Iwami dans l’hebdomadaire Sunday Mainichi. Le 26 mars, il a fait également la une du magazine Spa! dont le titre principal était « Une conférence européenne examine les doutes concernant le 11/9 ».

Cependant, tout le monde n’est pas enchanté par les questionnements audacieux de Fujita.

« Une personne a manifesté une grande colère à mon encontre » précise Fujita « et une autre (personne japonaise) m’a menacé de mort. D’autres m’ont conseillé de faire très attention. »

« Mais la grande majorité, » raconte Fujita « environ 95 % – m’ont été favorables.»

« Un homme m’a dit, ‘Vous êtes un vrai samourai.’ Un autre a fait le voyage depuis Okayama situé dans l’ouest du Japon pour me remercier personnellement. Et de la part des autre membres du Parlement, je n’ai reçu que des mots d’encouragement et de soutien. »

Pendant son séjour en Europe, Fujita a rencontré l’ex-membre du Parlement Britannique Meacher qui avait osé remettre en question la version officielle quand celle-ci était encore considérée comme parole d’Evangile. Le temps qui passe, la guerre en Irak et des vidéos très bien documentées sur Internet encouragent beaucoup de gens, y compris des hommes politique, à sortir du cybermonde pour exprimer leur doutes dans des journaux, des magazines, des théâtres et surtout dans des assemblées gouvernementales.

« Aujourd’hui Blair est parti, et Bush va bientôt le suivre » dit Meacher à Fujita, « Notre heure arrive. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :